Caravane pour la consolidation de la paix

Du 24 au 30 novembre 2012, une Caravane pour la consolidation de la paix au Tchad a sillonné le pays. Elle avait un triple objectif : délivrer un message de paix ; partager les leçons capitalisées lors du forum entre acteurs politiques et société civile organisé en février 2012 à N’Djaména ; ouvrir le dialogue aux acteurs locaux de consolidation de la paix.

La caravane était formée de 3 équipes, composées chacune de 5 personnalités représentants les acteurs politiques (majorité présidentielle et opposition politique) et la société civile. Ces équipes ont été déployées dans les zones suivantes : Sud, Centre – Est, Ouest – Nord. Bongor, Léré, Moundou, Doba et Sarh sont les villes dans lesquelles l’équipe du Sud s’est rendue. L’équipe du Centre – Est a travaillé à Mongo, Abéché, Goz-Béïda et Am-Timan. L’équipe de la zone Ouest – Nord, enfin, a travaillé à Mao, Moussoro et Faya – Largeau.

Dans toutes les localités visitées, les équipes des caravaniers ont échangé avec les autorités administratives et militaires, les autorités coutumières et religieuses, les acteurs politiques et les organisations de la société civile.
Les différents acteurs ont essentiellement échangé sur les problématiques locales de consolidation de la paix et sur les conclusions du forum de dialogue entre acteurs politiques et société civile organisé à N’Djaména en février 2012 et le voyage d’échange au Burundi de mai 2012. Des nombreuses leçons générées par ces activités, deux apparaissent fondamentales : la volonté et la capacité des Tchadiens à dialoguer et la nécessité du dialogue et de la communication dans tout processus de règlement des conflits.

Les interlocuteurs des caravaniers ont livré leurs analyses de la situation de la paix au Tchad. Ces analyses relèvent que le Tchad vit une paix relative et qu’il subsiste de nombreuses résistances à sa consolidation : clanisme, clientélisme, népotisme, corruption, exclusion, mauvaise gouvernance, incivisme, faiblesse de l’autorité de l’Etat, insécurité, analphabétisme, conflits communautaires… sont autant de facteurs de déstabilisation potentiels de la paix.
Les acteurs locaux se sont accordés sur la nécessité de cultiver les valeurs suivantes : le dialogue, la communication, le civisme, le patriotisme, le respect de l’autre, le respect des lois et de l’autorité de l’Etat, le respect des droits de l’Homme, la solidarité, la justice, la bonne gouvernance.

De l’avis de tous, cette caravane aura été un projet rassembleur. Dans la ligne du dialogue impulsé par le forum de février 2012, les participants à la caravane ont effectivement surmonté leurs divergences et se sont investis dans la promotion de la paix et la cohabitation pacifique. La caravane a permis aux acteurs locaux de s’exprimer, de confronter leurs divergences, de cerner les obstacles à la consolidation de la paix au Tchad et de réfléchir, ensemble, aux moyens de les résoudre. L’ensemble des participants ont fortement plaidé pour la pérennisation de cette activité, pour son extension à d’autres localités du Tchad profond et pour la mise en place de mécanismes pour en assurer le suivi.

Auteur de l’article : Acentek01