Les cadres de dialogue pour la paix

Les cadres de dialogue sont des structures de gestion des conflits au niveau local. Le CSAPR soutient leurs actions pour la paix. Après une session de renforcement des capacités sur les mécanismes de prévention et de gestion des conflits mi 2013, le CSAPR a organisé un voyage d’échange d’expériences entre le cadre de dialogue de Moundou (sud ouest du Tchad) et celui de Goz Beida (est du Tchad) en novembre et décembre 2013.

En cas de crise au niveau local, ces cadres de dialogue peuvent contribuer à faire la différence. En devenant des réseaux de confiance entre acteurs, ils sont des mécanismes d’alerte et d’intervention rapide pour la résolution des conflits. L’exemple du comité de médiation de Bangassou en RCA est révélateur : après de très fortes tensions entre chrétiens et musulmans en octobre 2013, les représentants des deux communautés avaient mis sur place un comité de médiation au sein duquel siégeaient musulmans et chrétiens ensemble. Il sillonnait les quartiers et avait réussi à cantonner la violence.

A Moundou, le cadre de dialogue est constitué des représentants de l’administration, des organisations de la société civile, des chefs traditionnels et religieux, des forces de l’ordre. A Goz Beida, l’association pour la réconciliation et la cohabitation pacifique en faveur de la paix dans la région du Sila rassemble les représentants des différentes communautés de la région. Le caractère multi-acteurs constitue véritablement une force puisque cela permet une meilleure coordination, la désignation de l’acteur le plus à même de résoudre le conflit, qui va tirer sa légitimité des autres acteurs du cadre.

La mission de renforcement des capacités des cadres sur les techniques de prévention et de gestion des conflits aura permis de rendre compte de l’importance des dynamiques de dialogue existantes au sein des cadres. Par exemple, les deux structures entretiennent aujourd’hui de bonnes relations avec l’administration, ce qui facilite indéniablement le déroulement des missions de gestion des conflits. Si à Moundou, elle est déjà intégrée au cadre, ce rapport pourrait être élargi à Goz Beida : en dehors de la délivrance des ordres de mission et de la sécurisation du terrain, ils envisagent une collaboration sur la prévention des conflits (renforcement de la communication ; identification en amont des crises potentielles…).

Les voyages d’échanges auront permis d’amorcer le dialogue entre les différents acteurs de la paix au Tchad, et d’envisager dans le futur la vulgarisation de leurs pratiques dans d’autres localités du pays par les acteurs eux-mêmes. En effet, ils ont pu échanger sur les solutions que chacun a mises en œuvre pour la résolution de certains conflits. Ils se sont rendus compte que certaines solutions pouvaient être dupliquées dans leur localité respective. Les « tournées de paix » organisées par les acteurs de Goz Beida furent par exemple fortement appréciés des Moundoulais.

Les acteurs ont émis le souhait de parcourir le Tchad afin d’encourager la création d’autres cadres de dialogue. L’enrichissement mutuel est clairement manifeste et l’engouement des acteurs lors des voyages encourage le CSAPR à persévérer dans l’appui aux initiatives locales de paix.

 

 

Auteur de l’article : Acentek01