Droits de l’Homme au Tchad : une situation préoccupante au regard du processus politique en cours

 

Sur le plan politique, la signature de l’accord du 13 aout 2007 a fait naitre une lueur d’espoir. Depuis l’instauration de la démocratie et du pluralisme politique en 1990, c’est le seul accord qui ait été signé par un aussi grand nombre de partis politiques (91 partis signataires). La signature de cet accord est perçue par la classe politique comme la base d’un engagement décisif des partis à renforcer le processus démocratique et permettre l’organisation d’élections libres et transparentes au Tchad : une condition nécessaire au rétablissement de la paix, de l’instauration d’un Etat de droit respectueux des droits de l’Homme et des libertés fondamentales.

Mais plusieurs points de cet accord tardent à être mis en œuvre. D’où, des dissensions sur la question de l’indépendance des structures chargées de conduire le pays vers les élections communales, législatives et présidentielles en 2011. Des violations flagrantes des droits de l’Homme sont signalées sur l’ensemble du territoire national. Les tensions sociales s’exacerbent. Ces dernières années, on a pu constater une récurrence des conflits armés aux conséquences humaines et matérielles importantes. L’accord de paix entre le Tchad et le Soudan signé en mai 2009 a néanmoins permis une nette réduction des conflits dans la région.

Pour évaluer cette situation préoccupante, le Collectif des associations de défense des droits de l’Homme au Tchad (CADH) a choisi de situer les faits et de les analyser dans un rapport, et ce, avec l’appui financier et technique du CCFD-terre solidaire (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) et de l’ACT-France (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture).

La rédaction de ce rapport est basée sur la collecte, le traitement et l’analyse des informations, existantes et disponibles, relatives à la situation politique, économique, sociale et des droits de l’Homme au Tchad sur les deux dernières années (rapports des associations de défense des droits de l’Homme, communiqués de presse, articles de presse, accords politiques, rapports des organismes internationaux).

Un groupe thématique, composé de représentants de toutes les associations membres du collectif, a été chargé de l’amendement des différentes parties du rapport. Il s’agit de ACAT-Tchad, l’ATPDH (Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits de l’homme), l’ATNV (Association tchadienne pour la non violence, l’APLFT (l’Association pour la promotion des libertés fondamentales au Tchad), la LTDH (la Ligue tchadienne des droits de l’Homme), et TNV (Tchad non violence). Le CSAPR et l’UST (l’Union des syndicats du Tchad) ont été mis à contribution pour la rédaction de ce rapport.

 

Télécharger (PDF, 11.74MB)

Auteur de l’article : Acentek01